Partagez | 
 

 Junsu & Taecyeon « Se laver dans le pourpre » POUR AMANE[OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
«.Chô
ADMINISTRATRICE
ADMINISTRATRICE
avatar

Féminin
► Age : 23
► Messages : 1519
► inscrit(e) le : 06/03/2012
► Musique du moment : IU- 50cm
► Dramas du moment : A Gentleman's Dignity
► Genre préféré :
  • Romance
  • Policier
  • Drame
  • Comique

► Futurs écrits : Un OS sur F(x)
Un JoonMir
Un YongHwa*Sulli*HeeCheol
Un Taoris pas si amoureux que ça èé
2 Kristoria!

○ ○ ○ Des Choses en + ○ ○ ○
▬ Mes Fic/Ecrits préférés:
▬ Ce que j'aime énormément:
▬ Fanclubs que je soutiens:

MessageSujet: Junsu & Taecyeon « Se laver dans le pourpre » POUR AMANE[OS]   Sam 19 Jan - 14:59


Se laver dans le pourpre.


Auteur: Chô~
Paring: Y en a pas vraiment! XD
Note de l'auteur: Amane, je l'ai écrit! Enfin! Mais bon, voilà, j'ai peur d'avoir oublié des trucs que tu m'as dit! Et peut-être que c'pas vraiment la fin à laquelle tu t'attendais! Moi-même j'étais surprise par rapport à mon idée! XD Et voilà aussi, je pense pas que ce soit le meilleur texte que j'ai fait! Désolée >< Mais j'espère que ça va quand même te plaire! éè Ah! Et j'espère aussi que c'était sur JunSu que je devait écrire et pas JunHo parce que là je me prends! XD Mais bon, au pire je change le nom quoi XD Bref, bonne lecture, enfin j'espère! <333333 Te nem! <333333

____________________________________________________________________________


-Mais crève un bon coup et lâche-moi la grappe !

Et on poussa l’innocence même vers la mort. Il avait tout vu, tout ressenti. La violence des mots du plus vieux et la peur douloureuse de la petite qui n’avait simplement désiré ne serait-ce qu’une tendre intention de la part de son frère. Mais là voilà qui affrontait la mort qui arrivait à une vitesse fulgurante. La voiture la percuta, le plus vieux hurlait et le témoin pleurait. Tout fut si rapidement arrivé qu’ils n’eurent que le temps de crier leur peine. Elle n’avait que cinq ans à cette époque. Par chance, elle avait survécu. Malheureusement, elle ne vivait plus, tous ses membres paralysés, son regard n’exprimant plus rien d’autre que du chagrin. Taecyeon, le grand frère, eut tellement honte de son geste qu’il en finit par accuser le pauvre témoin qu’était JunSu, un élève de son école. Personne ne crut bon de savoir la vérité, ils prirent le jeunot en grippe. Ils avaient douze ans.

« Je ne suis pas un souffre-douleur. Je vis déjà la mienne, j’aimerais que l’on m’épargne. Ceci est une supplication. »

Tous les jours, sur une nouvelle page de son journal, JunSu priait la même chose. Depuis cette histoire abominable, il n’avait connu que l’enfer. Les jours étaient tous les mêmes : fait d’ignominies et de honte humaine. Il riait, le pauvre, d’avoir connu le pire côté de l’espèce humaine. Il riait à un tel point qu’il ne croyait même plus qu’un jour, l’homme ait été doté d’une part d’humanité. Pour lui, d’ailleurs, ces deux mots étaient devenus des parfaits paradoxes. Ils avaient la même racine, pourtant JunSu n’avait jamais pu goûter le deuxième bulbe. Ou alors, lui avait ont oppressé de l’oublier et de ne plus jamais pouvoir s’en souvenir. Taecyeon était l’investigateur de tout ce malheur, de cette douleur lancinante que le déprimé vivait jour après jour, sans une seconde de répit. Il s’usait à vouloir se faire entendre. Il ne pouvait pas non plus compter sur l’aide de la petite sœur victime puisqu’elle ne connaissait plus l’usage de rien. Elle n’était plus qu’enveloppe vide après tout. Alors, tout le temps, toujours, il subissait les pires méfaits qu’on puisse connaître, ceux du ressort de l’humiliation et de l’intimidation. On le poussait dans les escaliers, lui jetait de l’eau gelée en plein hiver, lui volait ses vêtements, le rouait de coup puis le jetait dans la boue, le pendait nu dans la cours, lui crachait dessus... On s’amusait à le tuer à petit feu. Et le jeune crut bien qu’il eut été sa fin proche. Mais cela était sans compter sur le sourire malsain de son persécuteur. Jamais il ne compris pourquoi celui-ci agissait de la sorte. Pourquoi reportait-il toute la faute sur JunSu et surtout pourquoi, après avoir fait cela, le torturait-il ? Histoire de karma ? JunSu avait-il fait quelque chose de mal dans une autre vie ? Parfois, le brun était tellement désespéré qu’il lui arrivait de penser que c’était peut-être finalement lui qui avait poussé cette petite sur la route. Puis il reprenait ses esprit et pleurait jusqu’à en être vidé. Et cela, se déroula ainsi toute sa scolarité jusqu’à l’heure où sonna le glas du lycée.

Il avait trouvé un travail après avoir étudié dans une grande école de marketing. Il avait presque été heureux de vivre à vrai dire. Taecyeon n’étudiait pas dans le même établissement. Le souffre-douleur avait décidé de vivre loin de tout ce passé répulsif et c’était crée une nouvelle vie. Il avait un ou deux amis, plutôt des connaissances diront nous. Il eut le plaisir de connaître les joies du corps et de l’eau de vie. Il souriait. Et pourtant quelque chose l’empêchait de vivre comme les autres. Comme chacun de nous, ses souvenirs sombres ne s’effaçaient pas. Il en devint maigre et gris. Au fil des années, personne ne voulait l’approcher. Son apparence se rapprochaient plus d’un vieux monstre répugnant que d’un simple humain. Il n’était pas laid, son visage était juste tellement marqué par son passé qu’il n’avait plus rien d’humain mais tout de la douleur. Il était rongé par un désir de plus en plus oppressant. Il allait agir afin de l’assouvir.

Vingt ans après le début de cette malheureuse histoire, l’heure fatidique s’abattit sur lui comme l’évidence même qu’il était temps. On retrouva alors JunSu, dans un hangar des plus froids, du gèle se formant par-ci, par-là, le long des murs désolés et vieillis par l’abandon. Mais il n’était pas seul. Au milieu, pendu par une chaîne en ferraille, se retrouvait le mal qui avait détruit tout du petit JunSu. On voyait en piteux états celui qui avait empêché le brun de grandir et d’évoluer comme tous les autres. Dehors il neigeait, mais ils n’avaient pas froid. Les deux tremblaient, mais ils n’avaient pas peur. Pas encore. Celui qui avait bien trop souffert avait été possédé par la folie. Il tira avec lui un frêle et beau corps. Une belle femme dans la fin de sa vingtaine, de longs cheveux bruns descendant en cascade jusqu’à la chute de ses reins, des yeux noisettes dans de jolies formes d’amandes. Un petit nez, plutôt mignon, et une fine bouche pourvues d’une tendresse enfantine qui charmait plus d’un. JunSu la trouva merveilleuse. Il la jeta près du séquestré et attendit qu’elle voulût bien faire silence.

Il courut vers elle, hurlant de rage, brandit son poignard en l’air et observa le visage apeuré de son ancien ravisseur. Il rit à s’en faire brûler la gorge. Et il plongea son poignard vers la demoiselle avant de se stopper net alors que son regard fut capturé par ses yeux doux et flous. Il se recula et commença à pleurer. Il ne pouvait décidément pas s’en prendre à une innocente. Se serait trop s’abaisser au même niveau que Taecyeon. Ce dernier se mit à hurler pour que cette belle jeune femme qui était sa petite amie s’enfuie. JunSu la laissa partir, observant ses mains, hurlant sa rage et son désespoir. Il n’avait jamais connu pareil détresse. Pouvait-il réellement assouvir son besoin d’éliminer la cause de tout son malheur ? Serait-il capable de vivre heureux par la suite ? Ses souvenirs disparaîtront-ils ? Il se releva avec le peu de force qu’il lui restait. Il ne se mouvait que par le désespoir. Tout ce qui l’avait fait vivre jusque là venait de le quitter, de l’abandonner comme tout ce monde le jour où la petite dût combattre l’engin roulant. Il se positionna devant Taecyeon et le regarda un long moment. Le silence régnait sans qu’aucun ne le rompe. Ils semblaient presque discuter ensemble l’un et l’autre. Personne ne pouvait savoir de quoi. JunSu ramassa son arme et la planta tout en hurlant et pleurant dans le corps presque inerte du séquestré. Il ne se débattait pas, ni ne pris la peine de se défendre.

-Mais défend-toi merde ! Défend-toi comme moi je l’ai fait pendant tout ce temps ! Pourquoi tu te laisses faire ? Enfoiré !

Il s’arrêta net, écarquillant les yeux, ravalant subitement sa salive. L’on voyait un filet transparent s’écouler le long de la joue de Taecyeon. Junsu, lui, venait de comprendre.

-J’ai tué quelqu’un qui vivait dans la douleur…

Il l’observa se vider peu à peu de toute chaleur et rejoindre l’endroit de sa punition. Puis une patrouille de policier entra dans la bâtisse froide. Ils purent observer deux agonisants, dont l’un qui avait compris que l’autre avait agit dans la peur et l’inconnu. C’était leur destin, sûrement qu’ils devaient finir ainsi tout deux, que le pardon dans le rouge était la seule issue possible…

JunSu se rua vers les policiers, hurlant encore une fois, cassant sa voix. Ils tirèrent. Il s’échoua au sol. Son regard croisa immédiatement celui de Taecyeon. Ils allaient se repentir ensemble… Mêlant leur douleur pourpre afin de laver leur âme. Sourire. Tout est fini. Enfin…

© fiche créée par ell


_________________


J’ai perdu. Je ne sais plus. J’ai perdu mon pavot. J’ai cassé ses pétales. C’est fini. Elle ne repoussera pas. Ca ne reviendra jamais. Cette douceur chaude et rouge. Mon pavot s’est fané. Il a cessé. Et j’ai perdu. Regret. Ca ronge et brûle. J’aimais. J’ai perdu et je me rends compte. J’aime encore. Pardon..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://felizcho.tumblr.com/
 

Junsu & Taecyeon « Se laver dans le pourpre » POUR AMANE[OS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Que mettez vous dans votre valise pour aller a disney
» [INFO] Problème lors des appels avec le HD2 dans la poche
» spectacle dans le noir pour mariage
» Profil de correction dans Lightroom 3.2 pour G2 14/42
» Appareil photos dans une patinoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME ASIATIQUE :: Cadeaux & Cie :: Les cadeaux ♥ :: Les cadeaux généraux-