AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dai Sijie - Balzac et la petite tailleuse chinoise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
«.ARI
Grand(e) Passionné(e)
Grand(e) Passionné(e)
avatar

Féminin
► Age : 24
► Messages : 224
► inscrit(e) le : 16/04/2012
► Musique du moment : The GazettE - Last Heaven ~~
► Dramas du moment : None
► Anime du moment : HXH / kuroko No Basket S2 /
► Genre préféré :
  • Drame
  • Horreur/Peur

► Futurs écrits : Blank...


Ah! T. and his selfish love.
T. and his curiosity
T. and his betrayal
T... ?? Defect.

○ ○ ○ Des Choses en + ○ ○ ○
▬ Mes Fic/Ecrits préférés:
▬ Ce que j'aime énormément:
▬ Fanclubs que je soutiens:

MessageSujet: Dai Sijie - Balzac et la petite tailleuse chinoise   Dim 29 Juil - 22:00


« BALZAC ET LA PETITE TAILLEUSE CHINOISE»

Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Tolstoï, Rousseau...


Résumé (4ème de couverture) : (sous forme d’extrait)

« Nous nous approchâmes de la valise. Elle était ficelée par une grosse corde de paille tressée, nouée en croix. Nous la débarrassâmes de ses liens, et l’ouvrîmes silencieusement. A l’intérieur, des piles de livres s’illuminèrent sous notre torche électrique ; les grands écrivains occidentaux nous accueillirent à bras ouverts : à leur tête, se tenait notre vieil ami Balzac, avec cinq ou six romans, suivi de Victor Hugo, Stendhal, Dumas, Flaubert, Baudelaire, Romain Rolland, Rousseau, Tolstoï, Gogol, Dostoïevski, et quelques anglais : Dickens, Kipling, Emily Brontë…
Quel éblouissement !
Il referma la valise et, posant une main dessus, comme un chrétien prêtant serment, il me déclara :
- Avec ses livres, je vais transformer la Petite Tailleuse. Elle ne sera plus jamais une simple montagnarde. »



PHOTOS ou VIDEOS ou AUTRES

Fugitif aperçu du talent de Dai Sijïe :


« - Vous allez entendre une sonate de Mozart, chef, annonça Luo, aussi tranquille que tout à l’heure.
Abasourdi, je cru devenir fou : depuis quelques années, toutes les œuvres de Mozart, ou de n’importe quel musicien occidental, étaient interdites dans notre pays. Dans mes chaussures trempées, mes pieds mouillés étaient glacials.
- C’est quoi une sonate ? me demanda le chef, méfiant.
- Je ne sais pas, commençai-je à bafouiller. Un truc occidental.
- Une chanson ?
- Plus ou moins, répondis-je, évasif.
Illico, une vigilance de bon communiste réapparut dans les yeux de chef et sa voix de fit hostile :
- Comment elle s’appelle, ta chanson ?
- ça ressemble à une chanson, mais c’est une sonate.
- Je te demande son nom ! cria-t-il , en me fixant droit dans les yeux.
De nouveau, les trois gouttes de sang de son œil gauche me firent peur.
- Mozart…, hésitai-je.
- Mozart quoi ?
- Mozart pense au président Mao, continua Luo à ma place.
Quelle audace ! Mais elle fut efficace : comme s’il avait entendu quelque chose de miraculeux, le visage menaçant du chef s’adoucit. Ses yeux se plissèrent dans un large sourire de béatitude.
- Mozart pense toujours à Mao, dit-il.
-Oui, toujours. Confirma Luo.


VOTRE AVIS PERSONNEL



La réussite de ce roman revient indubitablement au talent de son auteur à raconter l’histoire. Choisir des mots sobres et limpides et laisser l’histoire naviguer sur des eaux calmes et cristallines. Le mérite revient aussi, par loi de cause à effet (huhu ) au narrateur dont le nom reste inconnu, qui a su « mener le barquot » sans laisser la narration sombrer dans les eaux profondes de l’ennui.
Après la lecture de ce roman, on a envie de se pencher sous son lit, y trouver une grosse caisse qui abriterait des romans classiques tels que nous les avons négligés, voir fui. On retrouve chez Luo et le narrateur l’esprit dévoreur de livres, les ailes invisibles qui nous hissent vers le monde abstrait ou l’imagination est plus claire que la réalité même.
Je vous conseille de vous pencher sur cet auteur à la plume exceptionnelle, et je vous dis que ce livre est certes le plus connu de ses ouvrages, mais c’est loin d’être le meilleur. Rien que les 50 premières pages de son « Par une nuit où la lune ne s’est pas levée », je pense qu’il s’agira d’un beau voyage vers les terres riches de la Chine empirique…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Dai Sijie - Balzac et la petite tailleuse chinoise

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Sijie, Dai] Balzac et la Petite Tailleuse chinoise
» Balzac et la petite tailleuse chinoise, votre avis !
» Dai Sijie
» DAI Sijie (Chine)
» Une petite dictée!!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME ASIATIQUE :: discussion :: Littérature & Culture :: Littérature-